aquaponie.1024
1

Aquapon’Aix – L.A.B

Notre Projet

Le projet Aquapon’Aix vise à la création d’un démonstrateur Open Source de culture Aquaponique. Ce démonstrateur développé au sein de l’association L.A.B vise aussi la constitution d’une nouvelle communauté d’urbaculteurs numériques, connectés et écologiques.

Promouvoir et informer sur l’aquaponie
  • Création d’un démonstrateur pour des manifestations, écoles, etc.

  • Site internet (Wiki) d’informations et de formation (open-source)

Rassembler les pratiquants
  • Association collaborative de pratiquants

  • Aide à la création de jardins familiaux municipaux urbains, en prison, en écoles et collèges

Réunir agriculture et numérique
  • Associer les travaux issus de la domotique et de la robotique du LAB aux besoins des agriculteurs amateurs et professionnels (open-source), afin de rendre chaque installation connectée, dans l’esprit de The Camp.

Générer des activités professionnelles
  • Exploitations de fermes urbaines, reconversions de sites en friche industrielle.

  • Reconversions d’exploitants agricoles pour remise en valeur de serres.

  • Commercialisation de matériels liés à l’aquaponie, de kits familiaux et professionnels, de kits ‘humanitaires’.

  • Fabriquer et commercialiser un système numérique de contrà´le et de suivi à distance.

  • Fabriquer et commercialiser des nourritures pour poissons en milieu aquaponique.

L’Aquaponie

L’Aquaponie une technique « Agricole », peu connue en France, qui consiste à associer l’aquaculture et l’hydroponie, c’est à dire de culture hors sol. Pour résumer ce procédé, nous dirions qu’en élevant des poissons, ceux-ci produisent des excréments qui se transforment en ammoniaque. Des bactéries transforment cet ammoniaque dissout dans l’eau des poissons en nitrites, puis en nitrates, lesquels servent d’engrais à des plantes. Une fois cet engrais naturel absorbé par les plantes, l’eau retourne purifiée vers les poissons.

Ce principe offre de nombreux avantages:

  • C’est une culture hors-sol, donc non tributaire de terre agricole, et pouvant être mises en oeuvre au plus près des villes et des consommateurs sous forme de fermes urbaines. Cette nouvelle forme de maraichage sera ainsi encore moins consommatrice de pétrole.

  • Elle s’apparente à une culture Bio dans la mesure où il ne peut être utilisé ni engrais, ni pesticides, ni antibiotiques. Elle s’inscrit donc dans un cadre durable et soutenable.

  • Outre les légumes produits, l’élevage des poissons fournit une deuxième ressource. Il est aussi possible de cultiver des produits non comestibles ( par exemple des fleurs).

  • Elle bénéficie d’une économie d’eau de 95% par rapport à une culture en terre.

  • Elle est économe en énergie.

  • Son rendement est de l’ordre de quatre à cinq fois celle en pleine terre (100 m² = 21000 plantes en 13 récoltes et 1300 kg de poissons/an données Institut Inspire).

  • Elle n’est pas saisonnière, car s’exploite surtout en serre.

  • Elle présente une charge d’exploitation limitée (100 m² = 20h/semaine)

  • Elle est praticable sous différentes dimensions allant de l’aquarium d’appartement jusqu’au domaine industriel, en passant par des exploitations familiales (cinq à dix fois plus petite qu’un potager et plus écologique).

L’aquaponie est plus particulièrement développée en Europe dans les pays anglo-saxons, en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada et dans les pays asiatiques. Le Brésil démarre quelques installations. En France, quelques personnes tentent l’expérience de manière personnelle. A notre connaissance, deux lycées aquacoles expérimentent la technique ainsi que certains exploitants piscicoles et horticoles.

Cette pratique offre des perspectives très intéressantes en termes de production industrielle de légumes de niveau de qualité ‘Bio’, pouvant s’implanter près de ou mème en ville, et capables de s’inclure dans un contexte écologique d’avenir et les services français de la recherche comme l’INRA et le CIRAD travaillent sur ce sujet via le projet APIVA.

cycle-aquaponie-fr

Situation en région PACA

A notre connaissance, l’aquaponie est peu ou pratiquée dans notre région. Quelques particuliers ont monté leur exploitation domestique. En 2012, l’institut INSPIRE a effectué une étude sur ce sujet, montrant que le contexte régional est propice à cette pratique, et que des entreprises locales déjà implantées pouvaient déjà assuré la fourniture de nourriture des poissons.

L’institut INSPIRE, en association avec le Pole Eco Design, lance un projet de modèle de ferme urbaine appelé ‘La Marcotte’ et implanté dans l’enceinte du lycée de Valabre.

Nous pouvons également ajouter que notre situation est d’autant plus porteuse vis à vis de l’aquaponie que nous sommes implantés sur ce littoral que Paul Virilio nomme ‘La dernière frontière’, c’est à dire à forte densité de population. D’ailleurs, les grandes agglomérations mondiales qui importent leurs légumes, multiplient différentes formes de fermes urbaines pour produire en ville.

Sebastien Nedjar • 18 mai 2016


Previous Post

Next Post